Communiqué du Comité scientifique de lutte contre le coronavirus le 04 avril 2021 sur la situation épidémiologique en Tunisie

Ministère de la Santé
AVR
2021

Le Comité scientifique de lutte contre le coronavirus s’est réuni samedi 3 avril 2021 pour répondre aux questions du ministre de la Santé sur l’évolution récente de la situation épidémiologique et son impact sur la santé de la population, le système de santé et le fonctionnement des secteurs sociaux et économiques.

Durant cette réunion, la directrice de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, Pr. Nissaf Ben Alaya a mis en évidence une détérioration significative de plusieurs indicateurs au niveau national au cours de la 13ème semaine de 2021, notamment :

 

    • Augmentation marquée du nombre de cas détectés, du taux de positivité des tests (22,9%) et du taux de reproduction du SARS-CoV-2 avec un niveau supérieur à 1 ;
    • 17 gouvernorats et 95 délégations sont classés dans un niveau de risque « élevé à très élevé ».
    • Augmentation du nombre de patients hospitalisés dans les services médicaux et de réanimation 
    • Augmentation du nombre de décès hebdomadaires liés à Covid-19 avec un taux de mortalité global de 75,3% pour 100 000 habitants.
    • Une proportion croissante de cas suspects de la souche britannique et une confirmation de la propagation locale de cette souche.

Les délibérations du comité scientifique ont examiné les données tirées de l’analyse de situation, les conclusions tirées du comportement des deux vagues précédentes, ainsi que les facteurs potentiels d’augmentation du risque. Parmi ces facteurs, une attention particulière a été portée aux éléments suivants :

 

  • Le laxisme remarquable des citoyens dans le respect des mesures sanitaires de protection, source du développement rapide des infections au SARS-CoV-2
  • L’introduction de nouvelles souches et le développement rapide de leur propagation à l’intérieur du pays, ce qui conduit à une propagation rapide de cas dangereux et à davantage de décès, comme cela a été observé dans les pays européens
  • Le manque d’application des protocoles par de nombreux acteurs
  • Exposition aux difficultés de mise en œuvre des procédures de contrôle sanitaire aux frontières
  • Difficultés à donner suite aux recommandations d’isolement immédiat, de surveillance virale et de suivi de la propagation des souches
  • La nécessité d’adopter un rythme plus rapide du processus de vaccination
  • Les grands risques du système de santé ne répondant pas aux besoins d’hospitalisation
  • Les difficultés de mise en œuvre des services de santé de base liées à l’indisponibilité relative des besoins, tant humains que matériels.

Au vu de ces observations, le Comité Scientifique considère que la situation épidémiologique est grave et a donc soumis au Ministre de la Santé des recommandations en phase avec la gravité de la situation actuelle.

Pour consulter la publication source, cliquez ici.