Effet bénéfique de la vitamine D dans la Covid : quelles sont les données ?

« La revue du praticien »
FEV
2021

Source: Article de position paru sur le site « La revue du praticien » en Janvier 2021, dont l’objectif est de préciser les données actuellement disponibles dans la littérature biomédicale sur le rôle bénéfique potentiel de la Vitamine D, et de l’intérêt d’assurer un statut satisfaisant en vitamine D dans la population générale dans le contexte de la Covid-19.

Rôle bénéfique de la vitamine D dans la prévention des infections ?

  • Stimule le système immunitaire (en stimulant l’expression et la sécrétion des peptides antimicrobiens par les monocytes/macrophage)
  • Rôle anti inflammatoire (augmente la synthèse de cytokines anti-inflammatoires tout en inhibant la synthèse de cytokines pro-inflammatoires.)

La vitamine D aide à la prévention de l’infection par le SARS-CoV-2 ?

Plusieurs méta analyses récentes d’essais randomisés contrôlés rapportent un effet protecteur de la supplémentation en vitamine D sur les infections des voies respiratoires ( Exeple : la grippe).

 

 Concernant la Covid-19, les premiers rapports montrent que la concentration circulante de 25(OH)D est plus basse chez les adultes infectés que chez les autres : l’existence d’une insuffisance en vitamine D semble précéder la survenue incidente de la Covid-19.

 

 Ces données observationnelles ne permettent pas de prouver l’imputabilité d’une concentration basse de 25(OH)D sur le risque de survenue de la Covid-19 chez un individu, mais les personnes ayant un statut satisfaisant en vitamine D seraient mieux armées pour ne pas développer la maladie.

La vitamine D aide à la prévention des formes graves de Covid-19 ?

Les (rares) études d’intervention publiées sont en faveur d’un effet bénéfique de la supplémentation en vitamine D pour réduire la gravité des symptômes chez les adultes atteints de Covid-19.  En effet : 

  • La régulation négative par le SARS-CoV-2 de l’enzyme de conversion de type 2 de l’angiotensine : l’ACE2, est responsable de « l’orage cytokinique » et des dommages tissulaires qui donnent des formes graves de Covid-19, notamment à la survenue d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). Or, La vitamine D module l’activité du système rénine angiotensine et l’expression de l’ACE2, ce qui diminuerait les dommages tissulaires dus à l’orage cytokinique.
  • On notera également que les principaux facteurs de risque de carence en vitamine D (l’âge avancé, l’obésité, ou les maladies chroniques) sont très semblables aux facteurs de risque de formes graves de Covid-19. Cependant, plusieurs études ont montré, en prenant en compte les potentiels facteurs de confusion, que les personnes ayant une concentration de 25(OH)D basse étaient plus susceptibles d’évoluer vers une forme grave.

Les actions à recommander ?

1. Supplémentation en vitamine D avant toute infection par le SARS-CoV-2:

 

Modalités : 

  • Pour les personnes à risque d’hypovitaminose D les personnes de 80 ans et plus, malades, fragiles, dépendantes, obèses, vivant en EHPAD) : Supplémentation tout au long de l’année
  • Pour la population générale : pendant la période hivernale. 

 Objectif :

 Une concentration de 25(OH)D sérique entre 20 et 60 ng/mL

 = des apports de 1 200 UI/j

 = 50 000 UI de vitamine D3 par mois sans dosage nécessaire (Le double de cette dose devrait être prescrit aux sujets obèse)

 SAUF chez certains patients (les patients en situation de « fragilité osseuse » : les patients insuffisants rénaux chroniques avec DFG < à 45 mL/min/1,73 m², les patients ayant une malabsorption ou en post-chirurgie bariatrique malabsortive de type bypass, et les patients âgés chuteurs), la concentration-cible se situe plutôt entre 30 et 60 ng/mL. Le dosage de la 25(OH)D est alors nécessaire et et les modalités de supplémentation sont décrites dans les recommandations du Groupe de recherche et d’information sur l’ostéoporose (GRIO).

 

2. Supplémentation en vitamine D en cas de Covid-19 avérée :

 

 Même si l’impact sur la prévention et/ou l’amélioration des formes graves de Covid-19 fait encore l’objet d’études en cours, nous recommandons donc, dans l’attente des résultats des essais contrôlés en cours, d’obtenir le plus rapidement possible un statut satisfaisant en vitamine D en cas d’infection par le SARS-CoV-2 (grade de recommandation 1B)

Nous proposons de prescrire chez l’adulteen traitement adjuvant aux protocoles de traitements standards disponibles, une dose de charge de vitamine D dès le diagnostic de Covid-19, l’objectif  étant d’obtenir un statut vitaminique D satisfaisant pendant la période critique d’environ un mois au cours de laquelle les patients atteints de Covid-19 peuvent déclarer des formes graves.

 

Par exemple : 100 000 UI de vitamine D3 per os (200 000 UI chez les patients obèses et/ou ayant d’autres facteurs de risque de gravité de Covid-19) à renouveler après une semaine. 

 

L’intérêt potentiel de posologies plus élevées est actuellement à l’étude.

 

(Exceptions : la sarcoïdose et autres granulomatoses, mutations inactivatrices de certains gènes comme CYP24A1).

Pour consulter l’article source, cliquez ici.