Réinfection et immunité au SARS-CoV-2: Revue de la littérature

Dr El Hammi
Nov
2020

Les cas de réinfections

À ce jour, plus de 58 millions de personnes dans le monde ont été infectées par le SARS-CoV-2, mais moins d’une centaine de cas de réinfection ont été documentés à ce jour. En l’état actuel des connaissances, la plupart des scientifiques s’accordent pour dire que le phénomène de réinfection est rare, et une étude récente1 suggère que les personnes infectées sont contaminées par des variants différents du virus.

Que nous apprennent les réinfections sur l'immunité contre le SARS-CoV-2 ?

Des études de cas sporadiques de réinfection par des coronavirus et les observations sur la baisse rapide des niveaux d’anticorps après une infection ont fait craindre une perte de l’immunité acquise contre le SARS-CoV-2 dans les semaines après la guérison. En effet, plusieurs études2 ont montré que le taux d’anticorps contre le virus dans le sang de la plupart des personnes diminue fortement après avoir contracté une infection légère ou asymptomatique. 

Bien que les anticorps puissent diminuer considérablement en quelques mois, en particulier chez les patients atteints d’une maladie moins grave, ils persistent parfois, même dans les cas bénins. Une étude récente3 a montré que six mois après avoir contracté le SARS-CoV-2, le sang des personnes qui avaient un COVID-19 léger, modéré ou asymptomatique contenait encore des cellules immunitaires qui reconnaissent le virus. Les anticorps neutralisants, les plus importants, ainsi que les cellules B et T mémoires semblent être relativement stables pendant au moins 6 mois. Il est important de noter, cependant, que cette étude ne fournit pas de preuve directe que les cellules T identifiées protégeront les personnes contre une nouvelle infection. 

Une autre étude récente4 a montré que les réinfections par les quatre coronavirus responsables du rhume se produisent en moyenne au bout de 12 mois, suggérant des caractéristiques communes applicables à tous les coronavirus humains. 

Une maladie moins sévère en cas de réinfection ?

Il est essentiel de déterminer si la « mémoire immunologique » influe sur les symptômes lors d’une seconde infection, en particulier pour la mise au point d’un vaccin. Il semblerait que les personnes atteintes de COVID-19 grave aient les réactions immunitaires les plus fortes, tout comme dans les deux autres maladies graves causées par les coronavirus, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du MERS. Ces deux maladies déclenchent des niveaux d’anticorps élevés qui peuvent durer jusqu’à deux ans, et les réponses des cellules T au SRAS peuvent être détectées encore plus longtemps5-7. En raison de ces défenses immunitaires persistantes, on s’attend à ce que la plupart des réinfections au SARS-CoV-2 soient asymptomatiques ou du moins légères sans nécessité d’hospitalisation. 

Parmi ces quelques cas de réinfection rigoureusement confirmés, seul un, décrit en Octobre 2020 dans The Lancet1, avait présenté des symptômes plus sévères la seconde fois, suite à la réinfection. La gravité du COVID-19 varie énormément d’une personne à l’autre, et peut varier d’une infection à l’autre chez une même personne. Des variables telles que la charge virale initiale, les différences possibles entre les variants du virus et les changements dans l’état de santé général d’une personne peuvent toutes influer sur la gravité d’une réinfection. 

À mesure que les chercheurs accumulent les exemples de réinfection, on devrait être en mesure de mieux comprendre la façon dont le système immunitaire réagit à ce nouveau virus.  



Références :

  1. R L Tillett, J R Sevinsky, P D Hartleyn, , N Crawford, A Gorzalski, C Laverdure, et al. Genomic evidence for reinfection with SARS-CoV-2: a case study. Lancet Infect Dis 2020 Published Online October 12, 2020 https://doi.org/10.1016/ S1473-3099(20)30764-7. 
  2. H Ward, G Cooke, C Atchison, M Whitaker, J Elliott, M Moshe et al. Declining prevalence of antibody positivity to SARS-CoV-2: a community study of 365,000 adults. Waning immunity 261020. doi: https://doi.org/10.1101/2020.10.26.20219725
  3. J M Dan, J Mateus, Y Kato, K M Hastie1, C E Faliti1, S I Ramirez et al. Immunological memory to SARS-CoV-2 assessed for greater than six months after infection. doi: https://doi.org/10.1101/2020.11.15.383323.
  4. Edridge, A.W.D., Kaczorowska, J., Hoste, A.C.R. et al. Seasonal coronavirus protective immunity is short-lasting. Nat Med 26, 1691–1693 (2020). https://doi.org/10.1038/s41591-020-1083-1.
  5. L P Wu, N C Wang, Y H Chang, X Y Tian, D Y Na, L Y Zhang et al. Duration of Antibody Responses after Severe Acute Respiratory Syndrome. Emerg Infect Dis. 2007 Oct; 13(10): 1562–1564. doi: 10.3201/eid1310.070576.
  6. Jiuxin Qu, Chi Wu, Xiaoyong Li, Guobin Zhang, Zhaofang Jiang, Xiaohe Li, Qing Zhu, Lei Liu, Profile of Immunoglobulin G and IgM Antibodies Against Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-CoV-2), Clinical Infectious Diseases, , ciaa489, https://doi.org/10.1093/cid/ciaa489.
  7. Channappanavar R, Zhao J, Perlman S. T cell-mediated immune response to respiratory coronaviruses. Immunol Res. 2014;59(1-3):118-128. doi:10.1007/s12026-014-8534-z.