COVID-19 et Imagerie Médicale

Société Tunisienne de Radiologie et INEAS
OCT
2020

Ces informations ont été collectées à partir des recommandations élaborées par la Société Tunisienne de Radiologie et le Collège d’Imagerie Médicale,  Biophysique et Médecine Nucléaire et publiées dans le guide de l’INEAS : Recommandations pour l’imagerie –  Mise à jour Octobre 2020.

1. Le circuit des patients

▪ Le circuit des patients suspects ou confirmés COVID-19 doit être établi dans chaque institution afin : 

– d’éviter un transit ou une affluence inappropriée en service d’imagerie

– de protéger les autres patients et le personnel soignant 

 

Pour les structures où plus d’un scanner est disponible, dédier un scanner pour les patients suspects ou confirmés COVID-19. 

 

Le scanner sera réalisé à la fin de la vacation ou sur une plage horaire  dédiée en veillant à ce que la salle d’attente soit vide. 

 

Un nettoyage du scanner entre tous les malades par bio-nettoyage ou à  l’aide d’un nettoyant désinfectant, (fongicide virucide EN 14476) en spray  dédiés aux dispositifs médicaux selon les outils disponibles dans chaque  structure sanitaire et une aération de la salle doit être réalisée. 

2. Les Indications des examens d’Imagerie

2.1 Radiographie du thorax et tomodensitométrie thoracique 

 

▪ Chez les patients suspects ou probables présentant des signes  respiratoires de gravité avec une première RT-PCR négative : TDM à  la recherche d’arguments diagnostiques.  

▪ En l’absence d’un test diagnostique rapide, chez les patients  asymptomatiques sur le plan respiratoire et hospitalisés pour une  urgence chirurgicale nécessitant une exploration TDM  préopératoire, un complément par une TDM thoracique dans le  même temps est recommandé.  

▪ Chez les patients de chirurgie symptomatiques sur le plan  respiratoire, la TDM thoracique sera réalisée dans tous les cas. 

▪ Le malade sera considéré COVID + si le radiologue conclut à un  aspect compatible avec une infection à Sars Cov 2. 

▪ Cependant, un scanner normal n’exclut pas le diagnostic et ne  dispensera pas les chirurgiens des mesures de précaution  adéquates. 

▪ Le scanner n’a pas d’indication chez les malades ayant d’autres  pathologies nécessitant une hospitalisation urgente et sans  symptomatologie respiratoire associée.  

▪ Toutefois, si le patient bénéficie d’un scanner indiqué dans le cadre  de sa pathologie un passage thoracique peut être effectué. 

▪ Chez la femme enceinte suspecte ou confirmée COVID l’indication  du scanner sera discutée au cas par cas.  

▪ Enfin il est recommandé de proposer un scanner thoracique à 3  mois chez les patients ayant été hospitalisés, afin d’évaluer les  lésions séquellaires. Il n’y a aucun intérêt à pratiquer un scanner de  contrôle avant ce délai en dehors d’une aggravation clinique ou  d’une absence d’amélioration. 

 

2.2 L’échographie : 

 

▪ Indications restreintes : repérage d’un épanchement, urgences abdominales,  recherche de thrombose veineuse profonde… 

▪ Si elle est indiquée, elle sera réalisée au lit du malade sur un appareil dédié  au service de Réanimation avec les mesures de protection requises pour le  médecin (habillage complet) et de désinfection pour l’appareil. 

▪ Si elle est réalisée au service d’Imagerie, l’opérateur appliquera les mêmes  procédures de protection, d’hygiène et de désinfection soigneuse de  l’appareil en respectant le circuit destiné aux patients COVID.

3. Les précautions pour le personnel Médical et paramédical en salle de scanner

Mêmes procédures pour les patients suspects et confirmés. 

Solution hydroalcoolique (SHA) et masque chirurgical pour le patient. 

Technicien et médecin : friction des mains par SHA, puis gants. 

En cas de nécessité d’installer le patient sur la table d’examen du scanner ou  de prendre une voie d’abord : masque FFP2, surblouse, charlotte, lunettes,  gants. 

Élimination des équipements de protection en DASRI (Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux et assimilés), avant la sortie de la salle. 

Un nettoyage du scanner et du circuit au service d’Imagerie doit être ensuite  réalisé selon les recommandations du service d’hygiène. 

Dans le cas où des images évocatrices d’atteintes pulmonaires liées à  la COVID-19 sont découvertes sur un scanner réalisé pour toute autre  indication, une désinfection rigoureuse du scanner et du circuit du patient  sera réalisée. Le médecin traitant sera prévenu afin de prendre les mesures  nécessaires pour son patient. 

 

 Par ailleurs il est recommandé en cette période d’épidémie : 

 

De reporter les examens non urgents en accord avec les soignants. 

De communiquer par téléphone avec les médecins traitants afin d’éviter les  examens inutiles source de contamination. 

D’utiliser le DMI dans la mesure du possible afin de limiter la circulation et le  contact avec le personnel soignant. 

D’identifier et de respecter le circuit du patient suspect ou confirmé. 

De veiller au respect d’une distance entre les patients en salle d’attente,  d’interdire les accompagnants (ou les réduire à un en cas d’absolue  nécessité). 

De sensibiliser le personnel soignant à l’application scrupuleuse des  mesures d’hygiène et de veiller à la désinfection du matériel entre tous les  patients. 

De protéger le personnel soignant en contact avec les patients quels qu’ils  soient par un masque chirurgical et de maintenir une distance de 1 m entre  les soignants et avec les patients. 

De veiller à la désinfection du matériel entre tous les patients.

 

Exposition professionnelle à un sujet COVID 19 positif  

 

En cas d’exposition professionnelle à un sujet COVID-19 positif sans  application adéquate des mesures de protection : contacter le médecin  référent du circuit COVID ou le médecin de travail de la structure sanitaire  afin de programmer la réalisation d’une PCR en suivant les  recommandations du collège de médecine de travail.