COVID-19 et Cardiologie

Société Tunisienne de Cardiologie et de Chirurgie Cardio-vasculaire
Oct
2020

Les informations suivantes ont été collectées des recommandations élaborées par la Société Tunisienne de Cardiologie et de Chirurgie Cardio-Vasculaire publiées le 26 Mars 2020. 

Recommandations générales COVID-19

– Reporter les explorations non invasives et les actes de cardiologie   interventionnelle et de Chirurgie Cardiaque et Vasculaire non urgents.

– Espacer les rendez-vous des malades pour éviter leurs rencontres. 

– Répondre favorablement aux appels des autorités si besoin de nos services afin de renforcer la première ligne. 

– Pour les cardiologues du secteur public : suivre les décisions et les instructions du comité médical de l’hôpital où vous exercez.

Recommandations générales sur le report des tests et procédures cardiovasculaires non urgents pendant la pandémie COVID-19​

– Il est raisonnable d’envisager de différer tout examen ou procédure qui ne devrait pas avoir d’impact direct sur l’évolution clinique ou thérapeutique au cours des prochains mois.

– Les décisions concernant les examens / procédures à effectuer (ou à ne pas effectuer) doivent être basées sur une évaluation personnalisée du risque, basée sur l’état clinique du patient.

– La prise de décision partagée entre les patients et les membres de l’équipe soignante représente un élément important et, à ce titre, doit être clairement documentée dans le dossier médical.

 

 

 

Les informations suivantes ont été collectées des recommandations élaborées par la Société Tunisienne de Cardiologie et de Chirurgie Cardio-Vasculaire publiées en Octobre 2020.

Gestion du traitement anticoagulant au cours de l’infection COVID-19

Forme asymptomatique, pauci-symptomatique et mineure

– L’augmentation de la mobilité doit être encouragée.

– Le traitement anticoagulant n’est pas systématique.

– Évaluation du risque thromboembolique et du risque hémorragique. 

– L’aspirine à dose de 81 à 325 mg/jour sauf contre-indication peut être prescrite.

Forme modérée ou forme mineure avec comorbidité sévère

– Tous les patients covid-19 doivent avoir une stratification du risque thromboembolique.

– Tout patient atteint nécessitant une hospitalisation doit être mis sous traitement anticoagulant.

Prévention de la maladie veineuse thromboembolique

La dose dépend de la fonction rénale et de l’indice de masse corporelle (IMC) :

– Selon la fonction rénale : Si Cl créat < 30mL/minute : Enoxaparine 20mg/jour en SC  

– Selon l’IMC : 

IMC

Dose

Entre 30 et 40 kg/m2 

40 à 60 mg par jour en SC

Supérieur à 40 kg/m2

40 mg x 2 par jour en SC

Supérieur à 50 kg/m2

60 mg x 2 par jour en SC

En cas de contre-indication au traitement anticoagulant prescrire la contention veineuse élastique. 

 

Durée du traitement :

– Forme mineure avec comorbidité sévère et forme modérée : 14 jours.

– Chez les patients à haut risque thromboembolique : prolongation du traitement anticoagulant jusqu’à 45 jours après la sortie de l’hôpital après évaluation du risque hémorragique. 

Patients à haut risque thromboembolique

– Taux de D-dimères élevé à la sortie (>2 fois la normale) 

– Taux de CRP élevé à la sortie (>2 fois la normale)

– Âge supérieur à 60 ans 

– Immobilisation prolongée 

– Cancer actif 

– Obésité (IMC > 30 kg/m2

– Antécédents de maladie thromboembolique veineuse 

– Grossesse, prise de traitement contraceptif oral 

En cas de maladie veineuse thromboembolique confirmée

– Anticoagulation curative par HBPM à la dose de 1 mg/kg/12h ou HNF à dose curative en cas de contradiction à l’HBPM.

– Traitement au long cours rejoint le schéma classique du traitement de l’embolie pulmonaire : 

 

  • AOD : Rivaroxaban 15mg x 2 / jour pendant 21 jours puis 20 mg / jour pendant 6 mois (puis prolongation selon le risque TE).
  • AVK : après chevauchement initial avec l’héparine (surveillance TP-INR). 
  • Forme grave : hospitalisation en réanimation et héparine non fractionnée à dose curative.
 
 

Les informations suivantes ont été collectées du consensus d’experts sur les situations particulières en cardiologie et en chirurgie cardio-vasculaire élaboré par la STCCCV et publié par l’INEAS le 29 avril 2020.

Covid-19 et infarctus du myocarde (IDM)

Protocole pour NSTEMI

– Le cas confirmé doit être transféré au service d’isolement jusqu’à la guérison du patient, puis évaluer si d’autres interventions invasives sont nécessaires. 

– Très peu de patients NSTEMI peuvent présenter une instabilité hémodynamique et une arythmie fatale qui ne peuvent pas attendre les résultats de la PCR, dans ce cas l’ATC isolée devrait être le premier choix.

Préparation du patient et procédure d’ouverture de la salle de cathétérisme ou du bloc opératoire

– Le transfert d’un patient cas possible ou infecté Covid-19 dans la salle d’intervention ou de cathétérisme cardiaque et son retour en chambre après l’intervention doit être planifié du fait du risque d’aérosol généré par les procédures médicales. 

– Les couloirs et ascenseurs doivent être dégagés de toute personne lors du transfert. 

– Le patient doit porter un masque de soins/chirurgical durant le transfert vers la salle d’opération. 

– Les personnels chargés du transfert et de l’accueil au bloc opératoire doivent être munis d’EPI adaptés. 

– Une attention doit être portée à la ventilation de la salle qui sera idéalement en pression négative ou interrompue. 

– Le personnel soignant du bloc opératoire ou de la salle de KT doit disposer d’EPI.

– La désinfection des mains par friction hydroalcoolique est indispensable avant et après contact avec le patient.

Recommandations sur la pratique d’échographie cardiaque pendant la pandémie du COVID-19

– L’échocardiographie n’est pas recommandée chez tous les patients COVID-19.

– Ses indications sont discutées au cas par cas et sont réservées aux situations urgentes où l’apport de cet examen a un impact diagnostique et/ou thérapeutique certain.

– L’échocardiographie transthoracique (ETT) peut être indiquée chez les patients COVID-19 présentant des complications cardiovasculaires (insuffisance cardiaque, l’instabilité / détérioration de l’état hémodynamique, suspicion de dysfonction myocardique, accidents thromboemboliques…).

– L’échocardiographie peut aussi être indiquée pour monitorer la gestion des fluides chez les patients en réanimation.

– L’échocardiographie transoesophagienne (ETO) est une procédure ayant un risque élevé d’aérosolisation, ses indications sont encore plus strictes doivent être particulièrement discutées.

Indications de l’échocardiographie chez les patients admis pour pneumonie liée au COVID-19

– Patients avec modifications électriques 

– Cardiomégalie

– Arythmie

– Insuffisance cardiaque

Hypertension artérielle et COVID-19

– Les patients suivis pour hypertension doivent appliquer les mêmes précautions que les sujets de la même catégorie d’âge et avec le même profil de comorbidités. 

– Chez les patients stables présentant des infections à COVID-19 ou à risque d’infection à COVID-19, le traitement par les IEC et les ARA doit être exécuté conformément aux recommandations des lignes directrices ESC / ESH 2018. 

– Chez les patients atteints de COVID-19 présentant des symptômes sévères ou une septicémie, les BSRA et autres médicaments antihypertenseurs doivent être utilisés ou arrêtés au cas par cas, en tenant compte des directives actuelles.