COVID-19 et Oncologie

Société Tunisienne d'Oncologie et de Radiothérapie (STOR), Société Tunisienne d'oncologie médicale (STOM) et Société tunisienne de chirurgie oncologique (STCO)
Avr
2020

La gestion des patients atteints de tumeurs solides

Ces informations ont été collectées des recommandations élaborées par la Société

Tunisienne d’Oncologie et de Radiothérapie (STOR), la Société Tunisienne d’oncologie médicale (STOM) et la Société tunisienne de chirurgie oncologique (STCO) publiées par l’INEAS le 8 Avril 2020.

  • Poursuivre la consultation des nouveaux malades. 
  • Reporter le début d’une prise en charge oncologique à chaque fois que possible, en tenant compte du stade et du pronostic du cancer.
  • Limiter autant que possible l’hospitalisation.
  • Il n’est pas recommandé d’interrompre un traitement curatif en cours. Néanmoins, une adaptation à chaque fois que cela est possible devra être proposée.
  • Pour les malades opérés, préconiser le retour à domicile dès que possible.
  • Les traitements oncologiques doivent être arrêtés chez les patients infectés par Covid-19, sauf urgence.
  • La radiothérapie accélérée (mono ou hypofractionnée) est privilégiée pour les situations urgentes (Radiothérapie décompressive).

Gestion et organisation des services de radiothérapie dans le contexte de la COVID19

Ces informations ont été collectées des recommandations élaborées par la société Tunisienne d’Oncologie et de Radiothérapie et publiées en Avril 2020

Ne pas retarder la prise en charge : 

    • Curative surtout pour les tumeurs où l’impact de la radiothérapie sur la survie a été prouvé.
    • Palliative pour les urgences carcinologiques où aucune autre solution médicale n’est possible (antalgiques, décompressive).

Revoir les modalités de radiothérapie :

    • Favoriser le traitement hypofractionné pour le traitement curatif à chaque fois que c’est possible. Le choix du protocole de fractionnement et ses indications sont laissés à la discrétion de chaque radiothérapeute /équipe
    • Favoriser les fractions uniques pour le traitement palliatif.

Arrêter l’activité de curiethérapie à bas débit nécessitant une anesthésie générale (des boosts par RTE seront proposés).